Créer mon blog M'identifier

Once Upon A Time : LA série coup de coeur

Le 21 octobre 2013, 19:01 dans Humeurs 0

Bonjour à tous !

Me voilà de retour sur la blogosphère après une petite période d'absence TOTALEMENT justifiée (ou presque). Désolé, désolé, ceci ne se reproduira plus, je vais me remettre à écrire sur le champ, c'est promis, juré, craché !

Pour fêter mon Come-Back comme il se doit, je vous propose de consacrer un billet à toutes les accros à la télé en quête d’une nouvelle série à dévorer ! Elle cartonne, elle est géniale, elle rend accro…

Et si nous parlions d'une série que vous allez, à coup sûr, ADORER ?

*Roulement de tambour*….. *Suspense intense* ….  *Pression pression*

 

 

 Il s'agit bien de.... "Once Upon A Time" ! Si cette série phénomène a échappée à votre vigilance, il va falloir y remédier im-mé-dia-te-ment !

Diffusée depuis le 23 octobre 2011 aux Etats-Unis, Once Upon A Time est un véritable petit bijou de série réalisée par Edward Kitsis et Adam Horowitz, les producteurs de Lost : Les disparusLe ton est donné dès le premier épisode : notre curiosité est piquée au vif, notre appétit ouvert et la suite ne nous déçoit jamais ! Vous apprendrez ainsi au fil des épisodes, la véritable histoire du petit Chaperon Rouge, le passé de la Méchante Reine, la rencontre entre Blanche-Neige et son prince et tant d’autres histoires liées les unes aux autres. Vous vous rendrez compte aussi que la magie connaît des travers et que « toute magie à un prix ».

Par contre, suivre les aventures de Jennifer Morrison (Cameron de Dr House), Ginnifer Goodwin (Gigi de Ce que pensent les hommes) et du très très (très (!!)) sexy Joshua Dallas, ça, ça n’a pas de prix… (Bah, on a bien le droit de se rincer l’œil, non ?)

Si vous aimez les contes de fées et la magie et que vous n’avez pas peur de devenir très vite accro, cette série est littéralement faite pour vous !

Synopsis : Et si les contes de notre enfance existaient pour de vrai ? C’est ce que pense le jeune Henri dans la petite ville de Storybrooke où il habite avec sa mère adoptive, Regina Mills. D’après son livre de conte préféré, une malédiction aurait été lancée sur tous les habitants de la Forêt Enchantée par la méchante Reine du royaume : Blanche-Neige, le Prince Charmant, et tous les autres personnages de notre imaginaire ont depuis oublié qui ils étaient et vivent désormais dans un monde sans magie. L’unique personne capable de les sauver pour qu’ils redeviennent eux-mêmes ?  Sa mère biologique, Emma Swan. Il se rend alors à Boston où Emma vit seule et l’incite à venir avec lui pour briser cette terrible malédiction.

Mélange des genres, effets spéciaux, contes revisitées et histoire moderne savoureuse : telle est la recette du succès de cette série qui déchaînent les passions. Actuellement en diffusion aux Etats-Unis, la saison 3 est pleine de rebondissements et de suspense (c’est d’ailleurs un véritable supplice de devoir attendre chaque semaine (!).

Mais rien ne vous empêche de vous y mettre ! Les saisons précédentes sont tout autant exquises !

Once Upon A Time est tout bonnement LA série qu’on regarde entre copines, calées dans son canapé,  enroulées dans un plaid, un thé chaud ou un pot de Haagen-Dazs dans les mains ! C’est l’idéale pour passer une belle soirée avec ses amiEs ! (Les garçons sont aussi conviés hein)

Vivement ce soir, oh vite, vite, vite ! <3

Et vous, avez-vous une série préferée-pour-laquelle-vous-serez-prête-à-arrêter-de-manger-du-chocolat-et-de-la-glace ? :)

O.

 

 

La condition du stagiaire

Le 31 juillet 2013, 11:56 dans Humeurs 0

Bonjour les lectrices !

Vous rappelez-vous de votre premier stage ? Peut-être même, êtes-vous actuellement dans cette situation... Dans ce cas, cet article devrait vous plaire. Evoquons donc ensemble les conditions de vie (et de travail) déplorables des stagiaires ! (On est bien d'accord qu'il y a un souci non ?)

Depuis quand le mot "stagiaire" signifie-t-il "esclave" ou "larbin" ? Pourquoi les tuteurs passent-ils leurs nerfs sur leurs pauvres stagiaires ? 

Non, je ne suis pas d'accord. Mais alors pas du tout. (Ride du lion)

Tout l'intérêt du stage ne repose-t-il pas sur l'apprentissage gracieusement délivrer par le patron envers un jeune qui débute dans le monde de la vie active, en gros lui donner envie de faire ce métier, être une sorte de guide ? (Je pose la question)

AHAHAHAH. AHAHAH. AHAH. AH. Non ? Laissez-moi rire.

Petit récapitulatif des différences entre ce que l'on vous annonce lors de l'entretien et ce qui se passe en réalité :

-La paye : Oui nous sommes payés une misère, nous n'avons aucun avantage, les tickets restaurants sont de vagues concepts qui nous échappent et nous n'avons parfois pas même un ordinateur pour travailler. (Je ne suis la seule à qui c'est arrivé !)

-Les horaires : 35 heures sur le contrat, 35 heures dans la loi. 35h hein. ALORS POURQUOI DOIS-JE FAIRE 40H ?! Quel stagiaire n'a pas déjà était tenu de rester plus tard au travail pour finir un Dossier-Super-Important-Qui-Doit-Absolument-Partir-Demain-Matin-A-La-Premiere-Heure ? (On le connait tous celui-là, pas vrai ?). Filer un coup de main un peu plus tard le soir, d'accord. Mais sortir du boulot à 22heures, non. L'esclavage a été aboli, y'a bien une raison.

-Le patron : Justement, tous ces précédents problèmes viennent d'une seule et même source : le boss. C'est lui qui vous a vendu LE stage de rêve, vous promettant monts et merveilles pour qu'au final vous vous retrouviez à faire les photocopies et les cafés (voir le point sur "Les missions" à suivre). C'est également lui qui vous impose les horaires de travail et vous fait les gros yeux lorsque vous arrivez en retard même si c'est à cause d'un "accident grave de voyageur" sur votre ligne de métro (D'ailleurs je réserve un billet sur les transports en commun.. vous allez vous régalez). Bref, il est la et il fait peur. (Sauf si c'est un gentil, mais si ça existe j'vous jure !)

-Les collèges : Ahhhhhh, nos chers collègues... Soit tu t'entends super bien avec eux (en mode on-se-fait-une-pause-clope-toutes-les-heures et on s'appelle en sortant), sooooooit, non. Chacun son truc (bon courage à ceux qui ont des collèges vicelards qui balancent quand vous arrivez en retard, ou qui te piques ton travail et se le joue devant le boss - on les aime pas beaucoup ceux-là)

-Les missions : "En acceptant ce travail, vous aurez de grandes responsabilités, de..." Ahah, des responsabilités ? Comme si apprendre à servir le café ou classer les factures était des qualités nécessaires pour faire tourner une boite ! Les patrons font miroiter des missions digne des plus grands PDG et au final... TADAAAAAM, baaaah non. (PS : En règle générale, plus le nom du job est grandiloquent, plus le boulot est ingrat... A bon entendeur, salut.)

Quoi qu'il en soit, amis stagiaires, n'ayez crainte : un jour, nous aussi on sera de côté des patrons et nous auront des jeunes âmes perdues à former. MOUAHAHAHA.

Mais contrairement à eux, moi, je serais trop cool comme maître de stage : Je veux pouvoir entendre mes stagiaires dire : "Mon stage, il était trooooop bieeeeen d'abord !" (Bah oui, histoire de narguer leurs copains de classe quoi :) )

Et vous ? Quelles sont vos pires anecdotes de stage ? Racontez moi tout :D

O. 

Retournez donc dans les jupons de vos mômans !

Le 29 juillet 2013, 15:47 dans Humeurs 3

 Bonjour chères bloggeuses,

J'aimerais analyser avec vous un phénomène qui m'inquiète grandement : On en parle de ces pré-ados qui se prennent pour des Femmes avec un grand F ?

ALLLLLO ?! Sérieusement les filles, j'ai du mal à accepter (et à croire) que des fillettes de 11 piges puisent se pomponner plus que moi du haut de mes 19 ans. A leur âge, jamais il ne me serait venu à l'esprit de porter une jupe, alors des talons, n'en parlons même pas !

Ce besoin d'être autant apprêter en sortant de l'école primaire me révolte : Le collège n'est pas un lieu de défilé pour midinettes ! A force de vouloir paraitre plus âgées, ces toutes jeunes adolescentes risquent fort de perdre leur innocence et sortir trop vite de l'enfance...(et c'est vraiment dommage)

Quand j'étais moi-même en 6ème, ma plus grande joie consistait à passer mon temps à blablater avec mes copines de l'époque, à danser dans la cour et à mettre du sel dans les carafes d'eau (Bon d'accord, j'étais un peu étrange, mais pas méchante). Il n'était pas question que je me trouve un copain (et encore moins que les garçons me regardent- on en reparlera des gars et moi, ne vous inquiétez pas), que je m'habille telle une fille de joie ou que je sois maquillée comme un pot de peinture. J'ai mis du vernis pour la première fois en arrivant au lycée !

Pourquoi font-elles ça ? Quelle en-est la cause ? Les magazines et ses stars hollywoodiennes du cinéma ? La télé-réalité et son "égérie" Nabila ?  

Le problème de ce phénomène, c'est que tout est démultiplié et accéléré : Premier "vrai" baiser à 12 ans, première cuite à 13-14 ans, première boite à 16 ans (en piquant la carte de la cousine/voisine/grande sœur), et première fois précipitée.

Tout va trop vite, trop loin. Chaque chose en son temps mes petites ! Il y a un âge pour jouer aux Barbies et un temps pour en devenir une (même si je n'incite personne à l'être - le rose et les robes à paillettes vont mal au teint parfois - TOO MUCH).

Bref, les filles, on a le temps de grandir ! Ne confondez pas vitesse et précipitation ! Alors on repose ce rouge à lèvres, on enfile une paire de Converse, on laisse son Vanessa Bruno un moment et on profite de sa vie d'enfant !

Vous êtes d'accord ? Qu'en pensez-vous ?

O.

Voir la suite ≫